Boutique

Indigo Yum – Camerisier
octobre 31, 2017
Meader – Kiwi
novembre 1, 2017
Show all

Boreal Blizzard (Nouveauté) – Camerisier

14.50$


21 en stock

UGS : C1-B2-1G. Catégorie : . Étiquettes : , , , , , .
Télécharger le guide de production
Description

Camerisier

Boreal Blizzard

**ATTENTION** Nos plants de Camerisier Boreal Blizzard seront prêt pour la livraison seulement au mois de juin. Si ce produit ce retrouve avec d’autres arbustes fruitiers, la commande en entière sera livré en juin.

Le camerisier Boreal Blizzard produit une des camerises les plus grosses et des plus sucrées. Ce nouveau cultivar à un port vigoureux et il est résistant à la moisissure. Les fruits ont une saveur exceptionnelle soit sucrés et piquants. Ses gros fruits sont charnus et lourds.

Il nécessite un accompagnateur pour faire une bonne production tel que les variétés Honey bee, Boréalis, Indigo Yum.

Le camerisier est une nouvelle culture passionnante pour l’Amérique du Nord, il est particulièrement bien adapté pour les zones nordiques. Les fruits à maturité, au goût unique, rappellent un savoureux mélange de bleuets, framboises et mûres. Ses fruits bleu poudre à bleu foncé, de forme allongée, poussent sur un arbuste de 4 à 5 pieds de hauteur à maturité. Les qualités qui en font une plante de choix pour la culture nordique font référence à sa grande résistance au froid pour l’arbuste (-47°) et pour ses fleurs (-7°) de même que sa capacité de demeurer en dormance lors d’un adoucissement de température en hiver.

Floraison : mi-mai

Récolte : Très tardive (mi-août jusqu’à fin août selon certaines régions)

Poids du fruit moyen : 2.8 gr à 3.9 gr. (le plus gros fruits de toutes les variétés de camerisiers)

Zone de rusticité : 2a

Hauteur : 1.5 mètres

Largeur : 1 mètre

Saveur : Excellente

Taille du buisson : Droits, robuste

Ratio de pollinisation : 1 plant accompagnateur pour 3 plants

Variétés pouvant accompagner la variété Boréal Blizzard pour une meilleure pollinisation : Honey-Bee, Indigo Yum, Boréalis

Apprenez-en plus sur ce petit fruit développé pas l’Université de la Saskatchewan : L’USASK

Vous aimerez peut-être aussi…